top of page
Rechercher
  • Anne-Fleur Andrle

De l'autre côté du micro de Camille Sauzières (Deezer)

Aujourd’hui, nous filons discuter podcast au siège de la plateforme de diffusion de podcasts, Deezer en compagnie de Camille Sauzieres, qui est global podcast lead catalogue et éditorial dans cette société française. Vous n'êtes pas sûrs de savoir en quoi ça consiste ? Pas de panique, Camille vous explique tout dans un instant.




Dans cet épisode, Camille lève le voile sur les processus de curation d’une plateforme de podcasts comme Deezer et vous livre de nombreux conseils pour améliorer la découvrabilité. Avec Camille on évoque également le parallèle entre sa carrière et l'évolution de Deezer qui de plateforme de musiques est devenu, entre autres choses, une plateforme de tech qui produit aussi des podcasts.




TRANSCRIPTION


Camille Sauzieres

Nous, on adorerait pouvoir tout regarder, mais malheureusement, (rires) on reçoit tellement de podcasts!

Il faut s'imaginer qu'on en reçoit à peu près 20 000 par mois.


Anne-Fleur Andrle

Au niveau global ? pas au niveau national.


Camille Sauzieres

Au niveau global, bien sûr. Toute la question, c'est comment est ce qu'on traite cette masse ? Comment est-ce qu'on peut détecter les bons contenus ?

Donc nous, on a mis en place un outil pour essayer de, bah déjà pour voir ce qui arrivait, et filtrer un petit peu en fonction de la langue, du pays d'origine. Qui d'ailleurs sont souvent des métadonnées qui ne sont pas bien renseignées dans les flux RSS. Je passe un message aux podcasters au passage ! (rires).

Donc voilà, après, on peut aussi filtrer avec des mots clés ce genre de choses. Par exemple, si on est à la recherche, je ne sais pas de podcast, de méditation par exemple. On peut aussi taper des mots clés pour, pour un peu filtrer tout ce catalogue entrant.


Anne-Fleur Andrle

Donc des bonnes descriptions de podcasts … du SEO quoi finalement.


Camille Sauzieres

Oui, c'est ça. Soit en regardant les mots clés, soit en regardant la description. Donc bon, ça, ça peut nous permettre de faire un peu des petits filtres. Mais sinon, c'est vrai qu'on a tellement de volume que c'est pas possible de tout relire et puis surtout de tout écouter parce que c'est bien déjà de lire un pitch, mais derrière, il faut aussi avant le mettre en avant éditorialement, on aime bien l'écouter quand même pour être sûr que, que le contenu est de qualité qui correspond bien à sa description, on peut avoir des surprises parfois. (rires) Et puis c'est bien aussi de se renseigner un petit peu sur la ligne éditoriale, donc de regarder par exemple nos pages d'accueil, des thématiques qu’on traite. Si c'est pour un pitch de production original de regarder ce qu'on a produit jusque là. Déjà, ça peut donner des bons indices sur est-ce que mon podcast pourrait effectivement s'aligner dans cette démarche éditoriale.

Ou est-ce que c'est complètement hors champ ?


GENERIQUE


Anne-Fleur Andrle

Salut salut et bienvenue dans Génération Podcast, le podcast qui parle de … podcast. Aujourd’hui, nous filons discuter podcast au siège de la plateforme de diffusion de podcasts, Deezer en compagnie de Camille Sauzieres, qui est global podcast lead catalogue et éditorial dans cette société française. Vous n'êtes pas sûrs de savoir en quoi ça consiste ? Pas de panique, Camille vous explique tout dans un instant. Vous venez de l’entendre, Camille lève le voile sur les processus de curation d’une plateforme de podcasts comme Deezer et vous livre de nombreux conseils pour améliorer la découvrabilité. Avec Camille on évoque également le parallèle entre sa carrière et l'évolution de Deezer qui de plateforme de musiques est devenu, entre autres choses, une plateforme de tech qui produit aussi des podcasts. Ah et sinon, moi c’est Anne-Fleur Andrle, je vous parle depuis le Colorado aux US, je suis archi passionnée de podcasts et je suis très heureuse de vous livrer ma conversation avec Camille Sauzieres.


GENERIQUE


Camille Sauzieres

Moi, c'est Camille Sauzières. Je travaille chez Deezer depuis maintenant un peu plus de quatre ans

sur le podcast. Je travaille dans l'équipe global qui est en charge un peu de chapeauter toute la stratégie podcast dans le monde, voilà avec les marchés locaux. Et surtout de coordonner tous les projets éditoriaux et aussi les projets avec les autres équipes centrales comme le produit, la tech, la data, le marketing, voilà.


Anne-Fleur Andrle

Donc un peu de tout.


Camille Sauzieres

Un peu de tout.


Anne-Fleur Andrle

On va revenir sur un peu tout ça justement dans un instant. Avant de le faire, je t’aurais bien demandé avant toi en fait de t’ intéresser au podcast professionnellement, tu étais surtout côté musique.


Camille Sauzieres

C’est vrai.


Anne-Fleur Andrle

Est ce que tu te souviens de comment est ce que tu a opéré ce shift vers le podcast, que ce soit personnellement ou professionnellement d'ailleurs ?


Camille Sauzieres

Effectivement, je suis arrivée du côté de la musique, mais encore, même avant ça, j'ai même eu une petite expérience dans le cinéma.


Anne-Fleur Andrle

Ah oui !


Camille Sauzieres

Donc j'ai toujours été assez en fait, assez sensible aux contenus de manière générale, à la production de contenus. Et j'avais envie en fait d'aider un catalogue finalement à trouver son public. Et en fait, je suis arrivée dans la musique parce que je trouvais que tout ce qui se passait du côté des plateformes de streaming était super excitant, parce qu’elles innovaient, et elles réinventaient une certaine façon d'accéder à un contenu et c'est ça qui m'a intéressé en premier lieu. Et donc c'est pour ça que j'ai rejoint Deezer. Et après, quand j'ai vu que ce poste en fait se libérait sur le podcast, moi j'écoutais pleins de podcasts, je voyais que c'était aussi un peu le nouveau format qui a émergé, il y avait beaucoup de choses à construire aussi du côté de l'écosystème, du côté du produit donc c'est ça qui m'a en fait attiré.

Donc c'est l'aspect contenu mais aussi l'aspect un peu finalement innovation quelque chose assez neuf ou finalement, on a aussi une grande liberté pour créer.


Anne-Fleur Andrle

Mais en fait, on peut presque tracer un parallèle en fait avec l'entreprise. C'est à dire que Deezer aussi a commencé par la musique, je ne crois pas le cinéma, mais je peux peut-être me tromper?


Camille Sauzieres

Non. (rires)


Anne-Fleur Andrle

Comment est-ce que Deezer en est venu aussi à s’intéresser aux podcasts? Tu pourrais nous retracer un peu l’historique?


Camille Sauzieres

Oui, bah ça a commencé avant moi quand même. J'ai pas été non plus la pionnière du podcast chez Deezer, même si quand même j'ai beaucoup développé l'offre en tout cas dans le monde. Mais oui, Deezer est arrivé sur le podcast à partir de 2015 quelque chose comme ça et à vrai dire, c'était un peu comme, un peu comme une équipe, comment dire ? Un peu comme un labo en fait, qui expérimentait ce nouveau contenu qui commençait à émerger à la fois au Royaume-Uni, en Allemagne, en France. Ça a commencé un peu comme ça. Au début, c'était très axé sur les verticales d'informations, de sports. On a eu des partenariats aussi avec des entreprises comme Talk Sport ou des choses comme ça qui nous ont mis un peu un petit pied dedans. Et puis après, au fur et à mesure, on a élargi les verticales, on a commencé à faire de la production originale et voilà, le marché du podcast s'est développé.


Anne-Fleur Andrle

Et les productions originales, du coup, comme tu dis que tu travailles dans l'équipe globale, donc internationale, forcément, nous on connaît surtout le travail en France. Vous avez des productions originales dans tous les pays du monde?


Camille Sauzieres

Non pas tous les pays, quand même pas. Oui, effectivement, on a produit, on produit en français évidemment, on produit en allemand également. Ça, c'était les deux premiers territoires. On a également produit en anglais pendant un petit moment, puis on a finalement arrêté. On produit également en portugais au Brésil, parce que le Brésil, c'est un gros marché pour nous. Et on a aussi produit à un moment en espagnol et en arabe, quand on avait lancé, quand on a développé l'offre. Parce qu'il faut savoir qu'il y a quatre, cinq ans, l'offre podcast était disponible que sur quelques territoires: la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Brésil. Mais il n'y avait pas encore l'Amérique latine, il n'y avait pas encore le Moyen-Orient, l'Afrique. Et donc, en fait, on a commencé comme ça à ouvrir d'autres marchés. Et en ouvrant ces nouveaux marchés, en recrutant des nouvelles équipes, on a commencé aussi à produire un petit peu pour, pour aussi différencier notre catalogue.


Anne-Fleur Andrle

Toi, ça fait partie en fait de ton travail, donc au niveau des équipes internationales, est ce que tu pourrais nous, nous décrire, je ne sais pas si on peut parler de journée type, mais en tout cas les projets sur lesquels tu travailles, pour qu'on comprenne bien?


Camille Sauzieres

C'est vrai qu'en plus j’ai été amenée à changer un peu de casquettes plein de fois, donc je comprends que ça soit pas forcément clair.

Mais oui, la journée type, je pense le matin, on regarde tous les audiences, les résultats.


Anne-Fleur Andrle

Tous les jours?


Camille Sauzieres

Oui, tous les jours, l'audience voilà sur les podcasts.


Anne-Fleur Andrle

Qu'est ce que vous cherchez dans les audiences ?


Camille Sauzieres

Les utilisateurs actifs, donc, c'est ceux qui ont fait au moins un stream, donc une écoute de plus de 30 secondes chez nous. C'est ça le standard. Donc on regarde ça. Et puis si on note un pic, on essaie de savoir d’où est qu’il vient. Est ce que c'est lié à un podcast en particulier ? Une nouveauté par exemple qui a explosé. Et c'est le cas par exemple en ce moment au Brésil, on a un podcast de faits divers, d'enquêtes, plutôt d'enquêtes sur un fait divers, qui fait un carton. Un vrai phénomène sur les réseaux sociaux et du coup, ça nous a amené un gros pic d'audience. Donc soit ça vient d’un podcast, soit ça vient d'une opération éditoriale qu'on a pu mettre en place. Donc les opérations éditoriales, c'est par exemple, on va faire une page spéciale l'été ou on va choisir un petit peu les thématiques, les podcasts qu'on veut mettre en avant pour l'été. Et donc ça, on va le coordonner de manière internationale. Donc la page, elle va être localisée pour la France, localisée pour l'Allemagne, et cetera. Donc on va regarder aussi les résultats sur ce type d'opération pour savoir si c'est ça qui a pu amener un pic. Et puis après on a, on fait aussi bien sur des actions marketing et donc on utilise les réseaux sociaux, le CRM et donc on va aussi analyser ça pour savoir si ça peut expliquer les données. Et après, le dernier volet, évidemment, c'est la production originale. Ça peut aussi driver des beaux pics d'audience. Donc on commence par ça le matin, on regarde les audiences et après ça dépend un petit peu des projets du moment. Les opérations éditoriales, il y en a un peu tout le temps. Donc généralement, c'est moi qui les reçoit. En fait, c'est toujours validé par l'équipe globale pour, pour assurer une certaine cohérence finalement dans le produit, dans l'application. En terme de wording, en terme d'image, en terme de contenu qu'on souhaite mettre en avant pour le public qu'on vise. Donc je regarde ça, j'en discute avec les équipes locales, on affine le plan ensemble et puis après voilà on met en place les opérations qu'il faut mettre en place. Après, on peut aussi recevoir des, des pitchs pour des productions originales. On peut avoir envie de faire évoluer le produit sur je ne sais pas un algorithme ou un outil, donc un peu en fonction des priorités du moment. Je travaille là-dessus.



Anne-Fleur Andrle

D’accord, donc à un rôle très transverse, finalement, transversal.


Camille Sauzieres

Très transverse, complètement. Et toutes les semaines, on a un point et, on a au moins un point avec chaque équipe locale, chaque marché. Ou on passe en revue, ou est ce qu'on en est en termes de catalogues. Quelles sont les dernières nouveautés? Les dernières tendances ? Quel pourrait être la prochaine opération éditoriale qu'on fait? Les productions originales évidemment. Et puis aussi le plan de promotion à court terme.


Anne-Fleur Andrle

Il y a, il y a un article, enfin tu parles de la technologie du produit, de faire évoluer le produit. Il y a un article, je suis sûr que t'as vu toi aussi. Je crois que c'était dans Le Monde, il y a quelques jours, qui est sorti, ou Deezer a affirmé vouloir se concentrer davantage sur sa technologie. Et du coup, je me demandais est ce que bien sûr, sans dévoiler des secrets de fabrication, est ce que tu peux nous expliquer en fait un peu plus ? En fait, en quoi consiste la technologie de Deezer ?


Camille Sauzieres

Oui, complètement. Chez Deezer, la technologie, c'est voilà, c'est vraiment dans l'application, quelles sont les fonctionnalités qu'on va proposer aux utilisateurs. C'est par exemple, côté musique, il y a le flow, qui est un algorithme de recommandation. Voilà qui est basé sur vos écoutes, mais qui va aussi vous faire découvrir des choses que vous pourriez aimer, des nouveautés. Et une des spécificités de ce flow, justement, c'est que c'est illimité. Vous pouvez écouter pendant des heures si vous le souhaitez, et ça, c'est quelque chose qui est assez différenciant par rapport à d'autres plateformes de streaming. Donc ça, ça va être une grosse fonctionnalité qui va faire vraiment partie de l'identité de marque de Deezer et qu'on va chercher à développer, à améliorer, voilà. Après, sur la partie podcast, ça pourrait être oui des algorithmes de personnalisation aussi. Ça pourrait être le fait qu'il y ait un onglet podcast. Ça pourrait être le fait de pouvoir accélérer la vitesse de lecture, ce genre de choses. Après c'est vrai que Deezer dans son ADN reste une boite très tech, ça l’a toujours été. Donc c'est vrai que dans cet article je pense qu'ils ont explicité le fait qu'ils souhaitent vraiment plus, investir sur de nouvelles fonctionnalités ou des fonctionnalités innovantes, ou les développer pour, pour renforcer cet ADN, voilà. Après, on ne sait pas encore qu'est ce que ça va être exactement. Ça reste à inventer. Les équipes travaillent dessus. Mais voilà, c'est un peu, un peu l'idée.


Anne-Fleur Andrle

C'est une boîte de combien de personnes à peu près maintenant Deezer?


Camille Sauzieres

On est plus de 600 quand même.


Anne-Fleur Andrle

D’accord, grosse compagnie.


Camille Sauzieres

615 personnes.


Anne-Fleur Andrle

D’accord, dont combien basées en France?


Camille Sauzieres

En France, le siège social est en France, donc ça aide beaucoup. Au siège, on est au moins 300, 400.


Anne-Fleur Andrle

Tu parlais d'un truc dans la vitesse d'écoute. Il y a quelque chose en fait que j'ai remarqué que tu as peut être toi aussi remarqué, les gens qui travaillent dans le domaine du podcast et qui doivent en écouter du coup beaucoup pour le travail. Il y a énormément de gens qui les écoutent en accéléré. Tu fais partie de quelle équipe toi ?


Camille Sauzieres

Non, moi j'écoute normal. Ça m'arrive de sauter de quinze secondes ou 30 secondes ou de revenir en arrière parce que j'ai loupé un passage. Mais non, j'écoute plutôt en vitesse normale. Bah je sais qu'il y a des auditeurs qui aiment bien accélérer aussi, voilà, parce qu'il consomme beaucoup de contenu. Mais moi, je ne fais pas partie de cette équipe-là. (rires)


Anne-Fleur Andrle

J'ai essayé, j'avoue que je trouve ça épuisant. En fait, c'est fou.


Camille Sauzieres

Oui, c'est ça. Je trouve qu'il faut être très concentré finalement. Alors, à moins que la personne parle particulièrement lentement, je trouve que oui, mais bon, c'est une question de goût personnel.


Anne-Fleur Andrle

Du coup, toi, tu es beaucoup dans les coulisses du podcast, de l'équipe podcast de chez Deezer, du podcast français en général. Est ce que tu as déjà été tenté de passer de l'autre côté de la console de podcast et d’enregistrement?


Camille Sauzieres

De produire, tu veux dire d'enregistrer ? Ben oui, en vrai, en vrai c'est mon premier enregistrement.(rires)


Anne-Fleur Andrle

C'est vrai ?


Camille Sauzieres

Oui, c'est vrai. Après, je pense qu'il faut quand même avoir un peu une idée derrière avoir, oui, voilà, il faut avoir un petit peu travaillé son concept, son format, ce qu'on souhaite aborder. Pour l'instant, je n'en suis pas à ce stade là, je préfère porter le contenu des autres. Je trouve qu'il y a déjà plein de podcasts de qualité qui n'ont pas encore assez de visibilité à mon goût. Donc, pour l'instant, ma contribution, c'est ça. Mais je vais tâcher d'y réfléchir pour quand même.


Anne-Fleur Andrle

(rires) Tu reviendras nous en parler.


Camille Sauzieres

Finir par livrer quelque chose. Non, non, mais c'est vrai, c'est vrai que j'aimerais bien me lancer dans cet exercice. J'ai déjà commencé un petit peu, mais c'était vraiment des petits tâtonnements, des petits essais.


Anne-Fleur Andrle

C’est vrai? Raconte.


Camille Sauzieres

(rires) Et non, c'est vraiment, j'assume, pas encore.


Anne-Fleur Andrle

C'est quoi les sujets qui te font vibrer ?


Camille Sauzieres

Les sujets qui me font vibrer. De manière générale, moi j'aime bien les, tous les podcasts un peu qui traitent des sujets de société, qui apportent d'autres perspectives. Oui, les reportages et documentaires, j'aime beaucoup. J'aime bien aussi les podcasts qui ont une autre façon de raconter les choses. Je ne sais pas si j’ai le droit de citer des studios? (rires)


Anne-Fleur Andrle

je pense que tu as le droit.


Camille Sauzieres

Mais je vais peut être citer des podcasts comme ça, c'est plus flou, les connaisseurs sauront. Non, mais par exemple, oui, en terme de former un peu de société, moi j'aimais beaucoup un moment, enfin j'aime toujours les podcasts comme “Vivons heureux avant la fin du monde”. J'aime beaucoup. “Émotion”, “Splash”.

En terme de narration, j'aime beaucoup écouter “le cinéma”, Les braqueurs. Après, c'est une production originale, mais moi, j'ai adoré “Best Story Ever” avec Marina Rollman.


Anne-Fleur Andrle

Oh j’ai pas lu, j’ai pas écouté, d’accord.


Camille Sauzieres

Bah, je recommande c’est des vraies histoires pêchées sur Wikipédia. Et racontaient avec tout le style humoristique dont elle est capable.


Anne-Fleur Andrle

Ah, mais j’avais lu le pitch, oui ça me dit quelque chose!


Camille Sauzieres

Elle fait plein de petits personnages, pleins de bruitages c’est hyper drôle. Et c'est vraiment vraiment bien. C'est un petit format court, c'est très, c'est plein d'énergie, c'est très bien écrit. Je recommande.


Anne-Fleur Andrle

On va revenir après sur, sur la curation qui est un sujet qui est hyper important pour les podcasters, notamment indépendants qui nous écoutent. Mais toi à titre perso, alors je sais que c’est peut-être difficile de parler à titre perso quand on parle aussi de ton employeur. Mais c'est quoi le podcast que tu rêverais d'écouter ? Tu vois ton podcast idéal qui selon toi, il y a des trucs qui n'ont pas encore été fait dans ce domaine là, sur je ne sais pas ce format, cette approche, cet angle, cette narration.


Camille Sauzieres

Moi, je trouve qu'il y a encore beaucoup de choses à faire autour de un peu la question de la transmission, des valeurs, et cetera. Je trouve que, voila, actuellement, et puis la nouvelle génération surtout est très sensible à plein de sujets de société, d'égalité, de diversité. Et puis je pense aussi, la période du Covid a soulevé beaucoup de questionnements aussi par rapport à notre façon de vivre. Ça a amené aussi beaucoup de différentes perspectives en fonction des générations.


Anne-Fleur Andrle

Comment ça ?


Camille Sauzieres

Oui, par rapport à tous ces sujets. Je trouve qu'il y a des différences entre on va dire la génération de nos parents.


Anne-Fleur Andrle

Ah oui, ça accentue un peu les différences.


Camille Sauzieres

Les millenials, et la génération, la Genz comme on dit. Et je trouve ça intéressant en fait d'aborder cette question de finalement la transmission des valeurs. Et d'autant plus que les gens peuvent beaucoup plus s'informer maintenant via les réseaux sociaux, via le digital tout simplement. Je trouve qu'il y a beaucoup plus d'ouverture d'esprit et il y a sûrement quelque chose à faire là-dessus sur la transmission des valeurs au sein d'une famille. Et comment les podcasts, par exemple, (rires), ont pû…….


Anne-Fleur Andrle

Générateur de conversations ? Au sein des familles.


Camille Sauzieres

Oui, voilà, c'est ça exactement. Je trouve qu'il y a plein de formats digitaux qui ont permis de finalement d'initier des conversations que les gens n'avaient pas forcément et qui finalement font appel à des valeurs profondes, à l'éducation qu'on a pu recevoir. Et je pense qu'il y a encore des choses à faire de ce côté-là. Je sais que Spotify avait produit un podcast avec justement des filles et petites filles d'icônes féministes.


Anne-Fleur Andrle

Oui, avec Merry Royer et Iham Maad.


Camille Sauzieres

Mais c'est vrai que je pense qu'on peut aller encore au delà même du sujet juste féministe. Sur d'autres sujets, je pense que ça peut être intéressant. Et puis en plus, tous les formats aussi un peu de récits intimes, de témoignages ce sont pas mal développés avec des “Profils”, des “Transferts”. Je pense qu'il y a encore quelque chose à faire sur ce sujet là, voila.


Anne-Fleur Andrle

Super, ok, très bien. Eh bien, on gardera un oeil.


Camille Sauzieres

Je vais réfléchir.


Anne-Fleur Andrle

On parlait de la découvrabilité, de comment est-ce que vous, vous découvrez nos podcasts, tu parlais de certains podcasts qui mériteraient selon toi encore plus de visibilité. C'est le nerf de la guerre la découvrabilité, surtout quand on est, je pense aux podcasters indépendants qui n'ont pas d’énorme budget communication et marketing.


Camille Sauzieres

Oui.


Anne-Fleur Andrle

Un des rêves de beaucoup de podcasters indépendants justement, c'est de pouvoir être mis en valeur par une plateforme d'écoute, parmi lesquelles Deezer. Comment est-ce que Deezer procède justement pour la curation, pour les mises en avant? Quels sont je ne sais pas si c'est des critères, enfin j'imagine que c'est des critères multiples. Est ce que tu peux nous en parler un petit peu ?


Camille Sauzieres

Oui, bien sûr. Nous, on adorait pouvoir tout regarder, mais malheureusement, on reçoit tellement de podcasts. Il faut s'imaginer qu'on en reçoit à peu près 20 000 par mois.


Anne-Fleur Andrle

Au niveau global, pas au niveau national?


Camille Sauzieres

Au niveau global, bien sûr. Toute la question, c'est comment est ce qu'on traite cette masse ? Comment est-ce qu'on peut détecter les bons contenus ?

Donc nous, on a mis en place un outil pour, pour essayer, bah déjà pour voir ce qui arrivait et filtrer un petit peu en fonction de la langue, du pays d'origine. Qui d'ailleurs sont souvent des métadonnées qui ne sont pas bien renseignées dans les flux RSS.

Je passe un message aux podcasters au passage! (rires). Donc voilà, après, on peut aussi filtrer avec des mots clés ce genre de choses. Par exemple, si on est à la recherche, je ne sais pas de podcast, de méditation par exemple. On peut aussi taper des mots clés pour, pour un peu filtrer tout ce catalogue entrant.


Anne-Fleur Andrle

Donc des bonnes descriptions de podcasts … du SEO finalement ?


Camille Sauzieres


Oui, c'est ça. Soit en regardant les mots clés, soit en regardant la description. Donc bon, ça, ça peut nous permettre de faire un peu des petits filtres. Mais sinon, c'est vrai qu'on a tellement de volume que c'est pas possible de tout relire et puis surtout de tout écouter. Parce que c'est bien déjà de lire un pitch, mais derrière, il faut aussi avant le mettre en avant éditorialement on aime bien l’écouter quand même pour être sûr que, que le contenu est de qualité, qui correspond bien à sa description, on peut avoir des surprises parfois. Et après, effectivement, le nerf de la guerre, c'est un peu de pouvoir déjà prouver un peu une certaine audience pour que nous, on puisse aussi détecter plus facilement parce qu'on va regarder également tout simplement les charts.


Anne-Fleur Andrle

La popularité du podcast.


Camille Sauzieres

C’est ça exactement. Soit on regarde par thématique. Je ne sais pas, par exemple, sur la thématique humour, on va regarder le top 100 podcast ou on va regarder surtout ce qui est rentré, justement le top 100 des nouveautés sur la dernière semaine en termes d'audience. Donc c'est vrai que généralement, c'est bien d'avoir déjà constitué une petite audience. Et après, on essaie en tout cas avec nos équipes locales, de pouvoir aussi être en contact avec les producteurs. C'est aussi le but d'avoir des personnes dans l'équipe, c'est de pouvoir établir un contact avec les principaux studios, les principaux médias et les principaux podcasters indépendants et de pouvoir engager la conversation, recevoir leur newsletter ou recevoir leurs nouveaux podcasts. Donc ça, ça nous aide. Et après, bien sûr, il y a aussi de la veille regarder sur les autres plateformes, regardez dans les newsletters. Il y a certains médias qui peuvent être prescripteurs, donc on fait aussi de la veille pour, pour être sûr de ne pas passer à côté de quelque chose.


Anne-Fleur Andrle

Finalement, c'est un peu comme nous, tu dois taper un peu partout à part que t'as des données sur les stats aussi.


Camille Sauzieres

C'est ça, on a quand même quelques outils. Oui, effectivement.


Anne-Fleur Andrle

Je me permets de te challenger un tout petit peu sur l'histoire des audiences puisque juste au sens si on veut aider quelqu'un, on se dit bon, c'est peut être un podcast qui mériterait d'être un peu plus mis en valeur. Le filtre audience est systématique? Ou c'est juste que ça vous permet vous de les faire un peu dégager de la masse finalement, et de les, de les détecter finalement ?


Camille Sauzieres

Oui, c'est ça. Nous, c'est surtout pour être sûr de ne pas louper quelque chose qui est en train de prendre. Oui, voilà qui est en train de prendre, qui se développe, et pouvoir le détecter.


Anne-Fleur Andrle

Oui c’est ça, mais il faut pas avoir de l’audience systématiquement pour être mis en avant?


Camille Sauzieres

Non, non, pas systématiquement. Mais c'est vrai que, il va falloir nous donner envie, bien pitcher, son podcast.


Anne-Fleur Andrle

C’est sûr !


Camille Sauzieres

Et après, il y aussi, ce qui est important, c'est aussi de comprendre notre, notre plateforme, toutes les sollicitations qu'on peut recevoir. Et puis c'est bien aussi de se renseigner un petit peu sur la ligne éditoriale, donc de regarder par exemple nos pages d'accueil, les thématiques qu’on traite. Si c'est pour un pitch de production originale de regarder ce qu'on a produit jusque là, déjà, ça peut donner des bons indices sur est-ce que mon podcast pourrait effectivement s'aligner dans cette démarche éditoriale ou est ce que c'est complètement hors champ ?


Anne-Fleur Andrle

Oui, bien sûr. C'est quoi du coup, la ligne éditoriale de Deezer ? Moi j'ai l'impression mais c’est pas le seul truc mais que vous faites beaucoup de comédies par rapport à d'autres plateformes.


Camille Sauzieres

Alors sur la partie production ou sur l'application en général?


Anne-Fleur Andrle

Oui production, remarque je pensais à ça mais du coup je suis intéressée par la réponse de manière générale aussi.


Camille Sauzieres

Alors donc sur la partie production, effectivement, on a même commencé par de la comédie, notre deuxième, bah en tout cas en France le deuxième podcast qu’on avait produit c'était avec Thomas VDB. Puis on a fait pas mal de formats avec Brain magazine. Mais effectivement, l'humour ça s'inscrivait dans une démarche un peu de divertissement. C'était ce qu'on cherchait avec nos productions originales et voila essayer de proposer un contenu un peu pop culture. Donc voilà, après, on essaie, parfois on essaie de le croiser avec d'autres thématiques. Avec la musique par exemple, on a fait Hit Stories avec Eric et Quentin, de la culture générale un petit peu. On a fait ça du coup avec Best Story Ever avec Marina Rollman. Donc on peut aussi croiser, croiser les thématiques. Mais effectivement, il y avait cette démarche, un peu de divertissement. Et plus récemment, un peu moins parce qu'on aimerait bien se recentrer plus sur, sur la thématique de la musique. Renforcer encore plus cette expertise là. Donc il faut voir comment ça s'articule dans la production. Et après sur le reste du coup de l'application, parce que c'est important aussi le catalogue.


Et puis tout simplement, comment est organisé le contenu dans l'application. Donc tout ce qu'on avait le plus éditorial chez nous, c'est, c'est plus généraliste pour le coup, parce qu'on sait que ce n'est pas forcément la thématique qui fonctionne le mieux, et on a envie de continuer à adresser le public qu'on a. On ne veut pas le laisser tomber. Donc là, on va rester encore une fois un peu plus dans le divertissement. Mais on va essayer d'aller toucher un petit peu tous, tous les groupes d’âge. On va essayer de mettre en avant voilà des sujets un peu qui sont d'actualité. Par exemple, s'il y a le mois des fiertés, on va faire une opération pour le mois des fiertés. En plus, ça fait partie de nos engagements, même en interne. Donc, donc après, ça dépend aussi des opportunités. Mais éditorialement, on va avoir une approche un peu plus généraliste.



Anne-Fleur Andrle

Ok.


Camille Sauzieres

Mais c'est vrai qu'on par exemple, on ne va pas forcément aller sur de la niche. On reste assez grand public. On a essayé de traiter certaines thématiques comme le gaming par exemple, ou en vrai, le sport et le gaming ce sont des gros, gros marchés. Mais sur, sur, sur le podcast, pour l'instant, éditorialement, ce n'était pas forcément ce qui nous a ramené le plus d'audience. C'est pas forcément ce que les auditeurs recherchaient plus, en tout cas chez nous. Mais après il y a toujours des exemples comme l’after foot, et cetera. Mais voilà.


Anne-Fleur Andrle

Tu m'as parlé de ton podcast idéal. Des choses qui toi te donner envie ou des choses que tu aimerais pouvoir entendre. Pour l'équipe podcast, puisque vous avez, j'imagine, des valeurs communes, c'est quoi un bon podcast chez Deezer?


Camille Sauzieres

Un bon podcast, je pense que c'est déjà quand on te le pitch, tu as envie de l'écouter tout de suite, il t'intéresse.


Bon, après, ça peut être aussi les qualités de storytelling de la personne. Mais oui, je pense que c'est un podcast que tu as envie de recommander à quelqu'un d'autre, de réécouter ou d'écouter au moins écouter la suite. Je pense que c'est essentiellement ça notre critère, et généralement nous pour en tout cas pour tous les projets de production de pitch, finalement, le producteur il est rarement seul. On est finalement, on en parle toujours à trois, quatre, on en parle aussi avec les autres pays. Et puis on voit comment chacun réagit par rapport au pilote, par rapport au pitch. Donc c'est souvent une décision quand même un peu collégiale pour sélectionner les projets. Mais effectivement, je pense qu'un bon podcast, oui c'est un podcast qu'on a envie, qu'on a envie de continuer à écouter et qu'on a envie de recommander à ses amis, sa famille, ses collègues. Et dont on va avoir envie de parler, voilà!


Anne-Fleur Andrle

Ouais, le pouvoir de la recommandation en fait, si tu as envie de le recommander à quelqu'un d'autre, si tu as envie de te jeter un petit peu dessus.


Camille Sauzieres

Oui. Et puis en plus, ce format a vraiment cette particularité là de pouvoir être assez finalement intime et de pouvoir aussi générer des conversations. Ça va beaucoup marcher, je trouve aussi par le bouche à oreille. Moi, je sais qu'il y a plein de podcasts que j'ai découverts comme ça. Il y a un peu cette particularité là, je trouve dans ce format.


Anne-Fleur Andrle

Est ce que tu te souviens du dernier podcast là que t'as écouté? Que tu as Bingé ?

Attention, elle sort son téléphone, elle va vérifier


Camille Sauzieres

Le dernier que j’ai bingé…….. C’est ça exactement, mais j’en écoute tellement tout le temps.


Anne-Fleur Andrle

Bah oui, j’imagine.


Camille Sauzieres

Que parfois j'oublie un petit peu. Alors j'espère que ça ne va pas altérer trop le, l’enregistrement. Le dernier que j'ai bingé, ah c’était, c’est encore un projet original, pardon,(rires) c'était “Raconte moi, une bêtise”.


Anne-Fleur Andrle

Ah oui, je savais pas que c'était une exclu Deezer.


Camille Sauzieres

Eh bien, ça l’est devenue, à partir de la nouvelle saison. Et donc oui, bah c'est des personnalités qui racontent une de leur bêtise, c'est assez drôle. Et donc c'est un format très court, donc ça se binge bien. Et sinon, récemment j'ai écouté “1 € la minute”, “Profil”, “émotion”. Ah là, vous allez vous moquer, mais j'aime beaucoup, c'est un podcast, du CROSS, enfin de la SNSM plutôt, qui raconte les sauvetages.


Anne-Fleur Andrle

Canal 16 ?


Camille Sauzieres

Oui exactement!


Anne-Fleur Andrle

Il est génial ce podcast, il est complètement ouf !


Camille Sauzieres

ah merci! (rires)


Anne-Fleur Andrle

Ah j’adore, je le recommande, depuis l’été dernier je le recommande à tout le monde! (rires)


Camille Sauzieres

C’est ça, il raconte un peu leur sauvetage les plus emblématiques. Du coup, je n'ai même pas besoin de t’en parler, tu sais déjà de quoi il s’agit, pour nos auditeurs.


Anne-Fleur Andrle

C’est Jeanne Marie Desnos qui fait les interviews.


Anne-Fleur Andrle

Oui, c'est très, très, très bien fait, très bien réalisé.


Camille Sauzieres

Et j'aime bien. Mais moi même je navigue beaucoup et donc déjà c'est intéressant. Et puis c'est vrai que c'est des histoires un peu dingue.


Anne-Fleur Andrle

Oui complètement!

Alors quel est le podcast que tu as le plus recommandé autour de toi ? Peut-être, je sais pas depuis le début de l'année. Que tu as le plus partagé?


Camille Sauzieres

Depuis le début de l'année. Alors ça dépend ce que souvent les gens qui me demandent des recommandations de podcasts, c'est des gens qui commencent seulement à en écouter et donc qui ne savent pas forcément par quoi commencer.

Anne-Fleur Andrle

Ah ouais, ok!

Camille Sauzieres

Et donc pour les rendre addict,


Anne-Fleur Andrle

Grosses responsabilités, trouver le bon truc qui va les accrocher.


Camille Sauzieres

Oui et en vrai, j'ai eu de la chance parce que j'ai pu le tester une fois en voiture avec des amis quand j'ai vu à quel point ils étaient accros je me suis dit “ah celui là il est pas mal, je vais le garder en guise de starter kit”, c'est “les braqueurs d'Arte Radio”.


Anne-Fleur Andrle

Tu veux expliquer un peu le concept ?


Camille Sauzieres

C'est des portraits de braqueurs, de grands braqueurs qui racontent leur addiction aux braquages, leur mode de vie. Et ils te racontent ça, sans aucun complexe, c'est assez fou. Et donc, il sélectionne, il y en a trois ou quatre, il me semble. C'est découpé en plusieurs parties, et c'est des sacrés personnages qui racontent leurs histoires. Et c'est vrai que c'est assez inédit.


Anne-Fleur Andrle

Complètement inédit!


Camille Sauzieres

C’est pas forcément accès à ce genre de personnes dans la vie normale. Et donc c'est assez génial.


Anne-Fleur Andrle

Du coup, toi tu es plutôt série? podcasts courts, podcasts longs? Est ce que t'as une préférence ?


Camille Sauzieres

Non, pas vraiment. Ça, ça dépendra un peu du moment ou du temps que j'ai. Mais parfois, je peux me passer des samedis matins entiers à écouter pleins de podcasts, pleins de nouveautés, donc je peux me faire comme ça trois, 4h d’écoute d'un coup. Parfois, ça va plus être des formats courts, mais je n'ai pas trop de préférence en terme de format. Après 2h d'épisodes, je trouve que ça peut être long. Ça peut être bien sur des formats de longueur, pardon, des formats longs, d'interviews. Ça peut être intéressant, mais il faut, faut avoir le temps.


Anne-Fleur Andrle

ça s’écoute en plusieurs fois quoi.


Camille Sauzieres

Voilà, ça typiquement, peut être que j'accélèrerai un jour la vitesse de lecture.


Anne-Fleur Andrle

Dans tes préférences, j'ai l'impression que tu en as parlé un petit peu tout à l'heure ou tu disais que tu aimais beaucoup le documentaire, le reportage, du coup, tu es plutôt réel que fiction?


Camille Sauzieres

Oui, oui, complètement.

Complètement, la fiction, je n'ai pas encore trop adhéré. Après, cela dit, j'ai bien aimé 1 € la minute.


Anne-Fleur Andrle

Tu veux le décrire un peu aussi ? Je ne l’ai pas écouté, moi.


Camille Sauzieres

Tu ne l'as pas encore écouté, hein !! Alors comment je peux te le décrire sans te spoiler!


Anne-Fleur Andrle

Alors vas-y pitch moi!


Camille Sauzieres

Je passe de l’autre côté, c’est à moi de pitcher les podcasts maintenant.

Alors oui, 1 euro la minute c’est l’histoire d'une femme, d'une mère de famille qui, qui se retrouve sans emploi et qui à la base elle est commerciale et en fait on lui propose de faire du téléphone rose. D'ou le titre 1 € la minute et donc elle va se lancer là dedans. Sauf que évidemment sa famille va finir par s'en rendre compte, et cetera. Donc, donc ça va raconter tout ça. Et ils ont un joli casting. Ils ont Céline Sallette. Qui d'autres ? Ils ont, ah bah j'ai oublié, mais franchement, j'étais assez surprise. C'est très bien joué. Et j'ai pas mal rigolé aussi.


Anne-Fleur Andrle

D’accord, c’est super!


Camille Sauzieres

Il y a des moments pleins d'humour. Typiquement, je ne sais pas si je serais allée le voir au cinéma. Pardon Gaumont, (rires!) mais je trouve qu'en audio, ça passe très bien. Et, et bah, comme c'est vraiment du téléphone rose, il y a cet aspect, le fait de mettre l'accent comme ça sur l’écoute audio finalement, est hyper smart je trouve.


Anne-Fleur Andrle

Qu'est ce que tu aimerais entendre dans Génération Podcast ? Qui est ce que tu aimerais découvrir de l'autre côté du micro ?


Camille Sauzieres

C'est une bonne question. Les concurrents ? (rires) Non je plaisante, je pense que ça pourrait être intéressant d'avoir des journalistes radio qui se sont mis à développer des hors séries ou des formats spécialement pour le natif. Je pense que ça pourrait être intéressant, d'avoir leur regard, parce que eux ils viennent plus finalement de la radio, du média traditionnel, donc ça pourrait être intéressant d’avoir leur perspective sur le podcast. Et après, non, mais je pense que ça pourrait être bien aussi d'internationaliser peut être un petit peu, parce que je trouve que du côté, bah toi même tu sais, aux États-Unis, au Royaume-Uni, c'est assez inspirant, je trouve ce qu'ils font. Ils ont quand même un peu quelques années d'avance, le marché est plus mature. Donc ça serait intéressant, je pense aussi d'aller discuter avec eux.


Anne-Fleur Andrle

Non, mais complètement. Je te le dis parce que tu n'as pas, on est au mois de juillet au moment ou on a enregistré ça, le 14 juillet. Et oui, la saison trois s'internationalise et on va avoir des épisodes de ? qui seront


Camille Sauzieres

Ah Super!


Anne-Fleur Andrle

En anglais puisqu'on ne peut pas s'attendre à ce que tout le monde nous parle français. J'ai commencé les enregistrements et l'objectif de la saison trois, c'est, bah de ne pas se concentrer que sur la France. Mais de garder quand même la France comme terrain de jeu, mais d'aller voir en fait un petit peu ailleurs ce qu'il se passe.


Camille Sauzieres

Écoute, moi j'y adhère en tout cas si je peux t'aider. Parce que du coup, j’ai quand même quelques contacts aussi là-bas.


Anne-Fleur Andrle

Oui carrément!

Camille, … C'est un peu la question à 10 milliards. Mais c'est quoi les tendances podcasts, je ne sais pas si on peut parler des années à venir ou même, ne serait ce que pour cette fin d'année, cette deuxième moitié d'année 2022?


Camille Sauzieres

En France? Oui, en terme de production, on voit de plus en plus de podcasts faits par des influenceurs, donc des gens qui viennent plus des réseaux sociaux à la base, pas mal de, sous forme du, soit d'interviews un peu autour du finalement du développement personnel. Comment est-ce que toi tu abordes telle situation, ce genre de choses ? Soit des récits plus intimes, presque comme des, comment on appelle ça déjà? des journaux intimes.

On a vu, il y a “Anna RVR”, “NO SPF” avec Alaïa. Je ne sais pas si ça te dit quelque chose, parce je ne suis pas sûr qu'il soit écouté aux États-Unis. Donc c'est vrai qu'on voit de plus en plus de formats comme ça arriver et qui trouvent quand même une audience. Après, je pense, moi, ça fait un petit moment déjà, mais de plus en plus aussi de youtubeurs se mettent au podcast ou commencent à distribuer leurs formats, en tous cas par leurs émissions sous le format podcast. C'est un petit peu ça les deux tendances principales que je vois en termes un peu de création.


Anne-Fleur Andrle

Et les podcasters, on nous invite de plus en plus à le faire dans l'autre sens, c'est-à-dire à distribuer sur YouTube également les épisodes.


Camille Sauzieres

En plus, YouTube a un petit peu annoncé qu’ils allaient peut-être se mettre sur le sujet. C'est vrai que ça peut devenir une plateforme de diffusion intéressante. Je serai curieuse de voir comment ça se développe, oui. Et puis, quelle est la différence finalement entre une vidéo YouTube, enfin au format YouTube auquel on peut être habitué, et un format podcast sur YouTube. Ça je pense que c’est, mais bon, il y a peut être pas de réponse, c'est peut être. Et non donc ça en termes de tendances un peu de création et après en tendance d'écoute, nous ce qu'on a remarqué, c'est que la radio perdait un petit peu d'audience. Donc le natif arrive quand même à aller un petit peu prendre des parts de marché. Et sinon, en tout cas, nous, on s'est un petit peu intéressé à la génération un peu plus jeune. Suite à différentes études de marché récentes. Et on voit que la génération, du coup la genzy écoute de plus en plus des podcasts. Alors que c'était moins le cas avant.

Avant, le cœur de l'audience, c'était plus les 25/35 et là, l'audience commence à se rajeunir un peu. Et donc cette jeune audience elle est très intéressée du coup par les sujets de société. Et puis nous, ce qu'on voit en tout cas sur notre application, c'est qu'ils recherchent aussi plein de contenus de méditation pour c'est, pour dormir, pour aller bien autour de la santé, la santé mentale, le bien être ou pour tout simplement aborder des, voilà, ils ont des questions personnelles, mais ils vont peut être pas aller oser en parler. Et donc en fait, ils vont aller chercher des réponses par les podcasts, donc ils vont aller chercher leurs sujets dans les épisodes de podcasts, voilà!


Anne-Fleur Andrle

Ils utilisent leur appli de podcast comme Google, pour trouver des réponses.


Camille Sauzieres

Un petit peu, voilà, c'est un petit peu ce qu'on observe.


Anne-Fleur Andrle

Est ce que tu aurais un conseil pour je ne sais pas des podcasters indépendants qui, qui, qui je sais pas soit se lancent, soit en tout cas aimeraient rendre leur travail un peu plus visible?


Camille Sauzieres

C'est une bonne question. Moi je pense que c'est pas évident à faire, mais déjà la cross promotion, essayer d'être invité dans d'autres podcasts qui ont un peu des, un peu les mêmes cibles, les mêmes audiences ou qui développent un peu les mêmes thématiques. Je pense que ça, ça peut bien fonctionner. Comme la technique du featuring en musique finalement, mais qui marche bien, et qui est une façon aussi d’adresser déjà une audience qui connaît déjà le podcast, qui écoute déjà des podcasts. Après, bien sûr, il y a les réseaux sociaux. Je pense que ça reste un gros outil de recommandation. Mais c'est vrai qu'il faut réussir à percer, ça peut prendre du temps. Donc je pense qu'il faut être quand même régulier dans le contenu qu’on poste, dans la publication de nouveaux épisodes. Et je pense que le plus important c'est de bien introduire en fait son contenu, de ne pas hésiter à mettre du texte, à sélectionner des citations ou des passages un peu clés. Montrer des petites vidéos de l’enregistrement, voilà donner un petit peu des petits indices sur qu'est ce qu'il y a dans le podcast.

Donner un petit peu des petites previews. Je pense que c'est assez important. Un morceau de l'épisode qui est révélateur de ce qu'il y a derrière, qui va donner envie. Parce que finalement, je pense que les gens, ils ont déjà, ils ont besoin d'avoir envie avant de commencer à lire vraiment un épisode et de l'écouter jusqu'au bout. Et après la construction de l'épisode, je pense, reste importante. Il ne faut pas les perdre dès le départ. Mais bon ça je pense que je répète des choses qui ont déjà été dites 1000 fois. Mais moi, je conseillerais oui de faire, de collaborer avec d'autres podcasters. Et puis, voilà quand même soigner son rythme de publication, sa présence sur les réseaux sociaux, c'est des choses importantes. Et après pour développer son audience, ils hésitent pas à essayer de contacter des plateformes. Mais c'est vrai qu'on reçoit quand même beaucoup de sollicitations. L'idéal, c'est d'avoir déjà quelques épisodes et puis de bien expliquer aussi son concept, son projet.


Anne-Fleur Andrle

En voilà des bons conseils actionnables.


Camille Sauzieres

Oui, tu trouves. Tant mieux!


Anne-Fleur Andrle

Mais oui, complètement. Pour terminer, je te demanderais bien c'est quoi le futur pour toi ? À quoi est-ce que tu aspires côté podcast, qu'est ce qui te fait rêver ? Qu'est ce qui te fait un peu vibrer pour je ne sais pas le futur plus ou moins lointain?


Camille Sauzieres

Déjà moi, je trouve ça hyper intéressant toute la partie développement de la hippie, donc c'est-à-dire développer son format au-delà de juste l'enregistrement finalement, et la diffusion sur les plateformes. D'aller faire des captations live ou des enregistrements publics. En fait, tout ça, c'est plutôt ça en fait d'aller enregistrer et de pouvoir rencontrer son public aussi. Je pense que ça, ça peut avoir vraiment un gros effet boule de neige. De se développer dans d'autres formats, dans le livre, dans le théâtre, dans l'audiovisuel. Ça, on l'a vu, un petit peu émerger aux États-Unis, au Royaume-Uni, mais je trouve que c'est hyper intéressant de développer sa marque en fait. Ça, moi, je trouve ça assez passionnant et je pense que ça va arriver au fur et à mesure en France. Ça a un petit peu commencé avec, avec Wondery, avec ? et énergie (ou NRJ?). Avec énergie(NRJ) ils ont fait des coproductions, donc souvent j'ai l'impression que c'est quand même des, des formats qui ont été créés par NRJ. Mais il y a quand même cette idée d'avoir une synergie et de pouvoir adapter quelque chose qui fonctionnait déjà en France ou aux États-Unis et de l'adapter dans d’autres langues.


Anne-Fleur Andrle

Il y a une comédie d'ailleurs de Paradiso qui a été lancée sur c'est quoi ? Conférence call ? Conf Call? Qui a été lancée sur Deezer, et qui vient de, le festival de Tribeca vient de lancer une catégorie audio et l'adaptation américaine fait partie des nominés c’est ça?


Camille Sauzieres

Oui, complètement, complètement. Mais oui, je trouve ça hyper intéressant. Le futur, il y aura d'autres expérimentations là-dedans. Et après, je pense que le futur, c'est évidemment de pérenniser les business modèles. Parce que ça reste quand même important pour la survie du format.

Anne-Fleur Andrle

Bien sûr.


Camille Sauzieres

Pour l'instant, ça se développe beaucoup autour de la monétisation publicitaire. Mais on a vu émerger depuis un an des tests, des expérimentations sur de l'abonnement premium. Donc je suis curieuse de voir ce que ça va donner au final. Et puis aussi en termes de politiques publiques aussi, si quelque chose va émerger. Il y a le syndicat du PIA qui travaillent sur la question de la création. Donc voilà comment finalement tout ça va s'orienter pour pérenniser le modèle. Et voilà. Je pense que ça reste encore en construction.


Anne-Fleur Andrle

Et ben écoute, on suivra tout ça avec beaucoup d'intérêt. On fera peut être un épisode là dessus d'ailleurs directement. Merci beaucoup Camille.


Camille Sauzieres

Je t’en prie, merci à toi Anne-Fleur pour l'invitation.


Anne-Fleur Andrle

Et voilà, c’est terminé pour aujourd’hui. Merci à vous de nous avoir écoutées jusqu’au bout et un grand merci à Camille pour sa dispo et cet échange. Je vous mets dans les notes de l'épisode le lien et le mail pour pitcher vos épisodes à Deezer, à utiliser avec parcimonie bien entendu. La semaine prochaine, c’est un format un peu spécial que je vous proposerais en compagnie de mon acolyte podcastique Zu, je ne vous en dis pas plus si ce n’est que j'espère vous retrouver jeudi prochain. Allez, bonne fin de journée et à très bientôt pour de nouvelles découvertes de podcasts !



 

Génération Podcast, c'est le podcast incontournable sur le monde du podcast.

Retrouvez Génération Podcast le podcast qui parle de podcasts sur Instagram, LinkedIn et Twitter.


Production, écriture et voix : Anne-Fleur Andrle

Habillage et mixage : Alice Krief

Transcription : Tiphaine Taveau


bottom of page